Le vélo est sans aucun doute le loisir idéal qui permet à tous, petits et grands, de se sentir bien et de conserver une bonne forme physique. Essayons de comprendre pourquoi ce sport convient aussi bien aux femmes. Nous en parlons avec le Dr. Stefano Aglieri , responsable de la réadaptation cardologique et respiratoire de Humanitas.

Tous les avantages du vélo

«Il est maintenant établi que le cyclisme apporte de nombreux avantages – dit le Dr Aglieri -: il tonifie les muscles, maintient les articulations saines et efficaces et le cœur entraîné, favorise la circulation, améliore la capacité pulmonaire. De plus, cela vous permet de vous débarrasser des kilos en trop ».

Muscles tonifiés: en particulier les muscles des jambes sont tonifiés et renforcés, sans toutefois gonfler excessivement: les mollets et les fesses sont raffermis et les cuisses s’affinent. Les muscles des épaules et des bras sont moins impliqués dans ce type d’activité sportive, s’ils sont pratiqués de manière douce, mais sont plus stressés et engagés dans les montées et sur terrain accidenté. En partie, les muscles de la colonne vertébrale sont également tonifiés et renforcés, en particulier dans la région lombaire, en particulier lorsque vous pédalez sur un sol irrégulier. Pour cette raison, le cyclotourisme convient également aux femmes qui souffrent de lombalgies, par exemple en raison d’une mauvaise posture ou d’un poids excessif.

Articulations saines et efficaces: les articulations des hanches, des genoux et des chevilles restent actives et efficaces; par conséquent, le cyclotourisme apporte également des avantages aux femmes souffrant de douleurs articulaires initiales. De plus, dans ce sport, le poids du corps ne pèse pas sur le dos, car il est complètement déchargé sur le cadre du vélo et cette particularité le rend adapté même aux personnes souffrant de troubles de la colonne vertébrale, tels que le lumbago et la sciatique.

Coeur formé: le cyclisme permet d’entraîner le système cardio-vasculaire. Le cœur, qui est un muscle, devient plus fort et plus résistant à la fatigue, la fréquence cardiaque et la tension artérielle sont réduites avec l’entraînement. Le cyclisme est un sport aérobie, au cours duquel les muscles brûlent de l’oxygène et se caractérise par un effort prolongé d’intensité sous-maximale.

Bonne circulation : les femmes, en particulier en âge de procréer, sont moins prédisposées que les hommes aux maladies coronariennes, mais en revanche elles sont plus prédisposées aux problèmes circulatoires périphériques, donc la pratique de ce sport peut améliorer la circulation veineuse et lymphatique dans les membres inférieurs, aide à prévenir le gonflement des jambes.

Meilleure capacité pulmonaire: le cyclisme est une activité physique qui peut augmenter la capacité respiratoire, améliorant la fonctionnalité de l’arbre bronchique; il convient donc également aux personnes souffrant d’asthme ou de bronchite chronique. L’amélioration de la capacité pulmonaire est particulièrement perceptible chez les femmes qui fument, qui ont généralement une capacité ventilatoire réduite. Débarrassez-vous des kilos en trop: Faire du vélo vous permet de perdre du poids, mais seulement à condition de suivre un régime alimentaire correct. Vous ne perdez du poids que lorsque votre consommation quotidienne de calories est supérieure à la quantité de calories consommée quotidiennement avec votre alimentation. La consommation calorique du cyclotourisme dépend de l’intensité du pédalage, de la longueur et de la difficulté du parcours: elle peut aller de 100-150 calories par heure à environ 400-500 calories (mais uniquement pour une intensité de travail musculaire développement de la vitesse et donc du cyclisme de haut niveau). De plus, une activité physique adéquate et constante peut aider à prévenir et combattre la cellulite.

Peu de contre-indications

Le cyclisme ne présente pas de contre-indications graves à un niveau absolu. Une attention particulière doit être portée à toutes les femmes souffrant d’insuffisance veineuse des membres inférieurs et de varices, en adoptant un rythme très lent et en évitant de pousser excessivement sur les pédales ou de s’engager dans des montées pénibles (par exemple si vous utilisez un VTT ou un accident vasculaire cérébral). Même la marche sur la terre ou sur la route doit toujours être effectuée avec un pédalage agile, sans grand effort, car si les mollets travaillent excessivement, les troubles circulatoires déjà présents peuvent s’aggraver. Il existe également des situations particulières qui déconseillent le cyclisme, telles que les maladies inflammatoires aiguës et chroniques des organes génitaux externes et des voies urinaires pendant la phase la plus intense de la maladie; la présence d’hémorroïdes, qui rendent la position en selle douloureuse; la présence d’une hernie discale ou d’une lombosciatique dans la phase aiguë.