Les étages de végétation observés en Islande et leur flore

Du fait de la haute latitude de l’Islande, les limites des étages de végétation décrits précédemment se trouvent décalées vers des altitudes plus basses. Ainsi au niveau de la mer, on  retrouve la limite supérieure de l’étage montagnard, soit plus de 1500 mètres plus bas qu’en Europe continentale. La succession des étages reste bien entendu la même, seule leur altitude est différente.
Vers 875-930 l’Islande était « boisée entre la côte et les montagnes ». A cause des moutons et d’une coupe sans ménagements, la plupart des bouleaux ont peu à peu été détruits, et il ne subsiste que broussailles. Du quart de l’île occupé autrefois par des forêts ne subsiste que quelques minuscules « forêts » éparses. Les plus grands bois se trouvent à Hallomstadur à l’est et à Vaglir au nord. Les seuls arbres de quelque importance sont les bouleaux Betula tortuosa ne dépassant pas 10 mètres. Ici et là on trouve le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) et le saule à feuilles d’if (Salix phyliciflia). A certains endroits, la limite d’altitude de la végétation ligneuse atteint 350 à 600 mètres, mais se situe en moyenne entre 300 et 400.