Mot d’ordre : voyager légers !

Ne pas dépasser 25kg sur le porte-bagage, telle est notre devise. On privilégiera aussi autant que possible les matières en synthétique, plutôt que du coton : moins confortable, elles sèchent cependant bien plus vite. Exit les odeurs de champignons aromatisés au frômage.

Ce sera aussi notre liste ultime vérifiée avant de partir, autant qu’elle soit exhaustive! Un oubli de papier toilette serait regrettable.

Après quelques messages postés sur le forum du routard et autres par notre savoyard national, il semblerait que des vents à 130km/h vers le centre de l’île nécessitent de prendre quelques précautions. Une tente basse, à forme de tunnel, offre moins de résistance au vent, et donc moins de chance de finir sa nuit à la belle étoile.

La solution scies, blocs de glace et stage accéléré de construction d’igloo n’a pas été retenue.

La question du sac de couchage s’est elle aussi posée: plume ou synthétique? Si le second a l’avantage d’éviter de zigouiller des canards… il en a un autre, qui est de sécher nettement plus vite que son confrère plumé. Il est aussi suffisamment chaud pour un mois d’août chez les Islandais. C’est donc lui que l’on a choisi.

Un GPS ? Dans l’absolu c’est très pratique, mais dans ce cas précis on essaye de limiter le surpoids autant que possible. Et comme ce n’est pas absolument indispensable…

Un chargeur solaire? Et pourquoi pas une éolienne sur le porte-bagage! C’est bien d’être écologique, encore mieux d’être réaliste car il n’y raisonnablement pas assez de soleil en Islande pour ce type d’équipement. On emportera quelques batteries de rechange et on sera économes (pas de vidéos, on dort avec les piles dans le slip pour les maintenir au chaud).