Une aventure sportive, scientifique et écologique, éducative et citoyenne

Dans le contexte actuel de réchauffement climatique et d’incertitude quant à l’avenir de notre planète, nous avons voulu que notre aventure ne soit pas seulement sportive, mais aussi scientifique et écologique, éducative et citoyenne pour sensibiliser le grand public aux problèmes de nos ressources en eau douce.

m

Après avoir parcouru plus de 6000km à bord du Transsibérien de Moscou à Irkoutsk, nous entamerons un périple à vélo sur près de 1500km : nous longerons le lac Baïkal pour ensuite nous diriger vers le sud, traverser la frontière russo-mongole, et rejoinre la capitale Oulan Bator.

Aspect scientifique et écologique

Nous nous intéresserons à la gestion des réserves en eau douce par la population locale et à leur état actuel. Ce thème fera l’objet d’un reportage photo et vidéo, notamment lors de rencontres de diverses associations locales de préservation des écosystèmes du lac Baïkal. Nous sommes également en train de réaliser un travail de recherche bibliographique sur la pollution de l’eau et ses impacts sur la santé humaine.

Notre projet s’inscrit dans la durée puisqu’il conclura une série de projets menés par l’association Shark Kayak et l’INSA Lyon(Institut National des Sciences Appliquées de Lyon), dont une manifestation « Descente Hydrobiologique » pour la Semaine du Développement Durable 2008 organisée par le Ministère de l’Ecologie, de l’Aménagement et du Développement Durable.

Le voyage en Transsibérien et en particulier le vélo sont des moyens de transport écologiques, et sont particulièrement propices aux rencontres grâce au contact direct qu’ils permettent.

Le lac Baïkal est aussi un symbole : il s’agit du lac le plus ancien et le plus profond (1637m) au monde. A lui seul, il constitue 20% du volume mondial des réserves en eau douce, et abrite une faune et une flore uniques : il est pour cela inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. La préservation de ce patrimoine implique beaucoup d’énergies de la part des populations alentours et d’associations de préservation de l’environnement. Néanmoins, la pureté de son eau est menacée par la pollution anthropique. La mongolie est également parsemée de lacs et de rivières mais certaines régions sont très arides. Voyager à travers ces grands espaces, c’est avoir une vision globale de la disparité des réserves en eau et des problèmes rencontrés.

Aspect éducatif et citoyen

Il s’agit aussi d’une aventure citoyenne et éducative puisqu’un partenariat est proposé à une classe de primaire de la ville de Langeac (Haute Loire). Les jeunes élèves auront à réaliser un travail de documentation sur le thème de l’eau (ressources en eau douce, pollution et écosystèmes aquatiques) sous forme de posters. La classe sera invitée à nos conférences et leurs planches seront exposées pour l’évènement.

La première manifestation dite « Descente Hydrobiologique » aura lieu le samedi 7 juin et réunira une classe de CM1 de Vaulx-en-Velin (69) et des étudiants de l’Institut National des Sciences appliqués de Lyon (INSA) pour une visite guidée de la plus grande salmoniculture de repeuplement d’Europe (Chanteuges (43)). Dans ce haut-lieu d’étude des saumons, un cas concret de disparition d’une espèce aquatique – celle du saumon de souche Allier – permettra de sensibiliser la quarantaine d’élèves et d’étudiants aux impacts de l’activité humaine sur l’environnement (notamment pollutions). La partie « théorique » terminée, place à la pratique : accompagné d’un guide naturaliste, le groupe poursuivra son parcours en canoë sur la rivière Allier où des informations seront données au fil de la promenade sur l’eau (le fonctionnement de la rivière, des différents écosystèmes…). Les élèves de classe primaire de Vaux-en-Velin et de Langeac (43) s’unissent également pour préparer une exposition sur ce thème. La sensibilisation à la fragilité de ces milieux passe par l’information des nouvelles générations.
Les posters des élèves seront exposés lors de notre deuxième manifestation : nous organisons une conférence « L’eau, une ressource épuisable? » qui se tiendra le mardi 10 Juin prochain à 18h30 à Lyon sur le Campus INSA/Université Lyon I. Au programme, un chercheur en Hydrobiologie de Clermont Ferrand ainsi qu’un représentant de l’entreprise Véolia interviendront sur les questions actuelles en termes de gestion des ressources en eau. Programme disponible ici.

La connaissance des disparités en eau est un pas vers une meilleure compréhension des enjeux actuels et à venir concernant cette ressource vitale ainsi qu’une invitation à la réfléchir à des solutions nouvelles notamment en termes de comportements.