Une question récurrente chez la plupart des cyclistes, à laquelle il n’est pas facile de répondre, car il n’y a pas de selle idéale qui convient à tout le monde. La selle constitue l’un des trois points d’appui du cycliste sur le vélo, avec le guidon et les pédales, mais c’est le plus compliqué à choisir car il touche des zones très délicates. Sur le marché, il existe une infinité de propositions qui rendent la décision encore plus difficile, surtout si vous n’avez pas d’idées claires. Pendant de nombreuses années, la pratique courante a été de procéder par essais et erreurs, en utilisant les selles de test du revendeur de confiance, ou en essayant celle d’un ami ou, dans le pire des cas, en achetant un modèle de selle après l’autre jusqu’à ce que vous trouviez le bon. Aujourd’hui, en réalité, grâce aux nombreuses études biomécaniques menées par les entreprises manufacturières, nous disposons d’indications scientifiques et de règles plus précises qui peuvent aider à acheter la bonne selle et limiter les douleurs et les problèmes de selle . Dans cet article, nous analyserons les trois paramètres objectifs qui ont le plus d’impact sur le choix de la selle, réduisant considérablement la marge d’erreur.Avant de continuer à lire, nous vous conseillons de regarder la vidéo ci-dessous dans laquelle nous vous parlons des concepts de base pour choisir la selle de vélo qui correspond le mieux à vos besoins:

1- LARGEUR DE LA SELLE

Le premier aspect à considérer concerne la largeur de la selle , qui est directement liée à la largeur de vos os ischiatiques. Presque toutes les entreprises ont développé des systèmes pour faciliter le choix de l’utilisateur final: les paramètres pris en compte sont nombreux, parmi lesquels il y a toujours celui relatif à la largeur des os ischiatiques. Par conséquent, contactez votre revendeur de confiance pour obtenir ces informations. Ceux qui ont des os ischiatiques larges devraient opter pour une selle avec une largeur arrière supérieure à 143 mm. Les os ischiatiques étroits (disons d’une largeur inférieure à 11-11,5 cm) nécessitent des selles étroites; les os ischiatiques larges (largeur supérieure à 11,5-12 cm) nécessitent des selles à partir de 143 mm, pour optimiser le confort, éviter l’inconfort de la selle et améliorer la biomécanique du geste. Une largeur de selle incorrecte provoque également des déséquilibres de pédalage, qui peuvent générer des maux de dos , le plus souvent dans le bas du dos.

2- LA FORME DE LA SELLE

Le deuxième paramètre à analyser est la forme de la selle.

Vous avez peut-être remarqué qu’il existe des selles aux formes décidément différentes: certaines très arrondies, d’autres plates, certaines plus rembourrées, d’autres moins.

Le choix de la forme est étroitement lié à la flexibilité de votre bassin et, par conséquent, à la position que vous pouvez conserver sur un vélo. Une selle de forme plate convient mieux à ceux qui roulent en position de course, c’est-à-dire avec une différence élevée entre la selle et le guidon. Ceux qui ont une grande flexibilité et roulent dans une position agressive (chute prononcée de la selle-guidon) devraient opter pour une selle plate , avec plus de soutien à l’avant, où elle soulagera l’essentiel de la pression. En revanche, ceux qui ont une faible mobilité pelvienne et, par conséquent, pédalent dans une position plutôt droite, déchargeront l’essentiel du poids sur les os ischiatiques et devraient opter pour des selles aux formes plus arrondies, qui améliorent la stabilité au pédalage. Entre les deux extrêmes, il y a des solutions intermédiaires, que certaines marques classent comme «semi-rondes».

Une selle de forme arrondie, en revanche, convient à ceux qui roulent dans une position plus droite. Idéal, donc, également pour une utilisation sur gravier et pour les vélos d’endurance.

Faire ce choix n’est pas si simple, mais de nombreuses marques ont tenté de simplifier les choses, en précisant la nature de chaque selle proposée dans le catalogue et l’ usage prévu

le plus adapté. En analysant l’aspect lié à la forme de la selle, on ne peut pas laisser de côté les selles à pointe émoussée, celles que l’on appelle short fit et que désormais toutes les marques ont dans leur catalogue.

Les selles «courtes» améliorent la biomécanique du pédalage et optimisent l’assise, en particulier pour ceux qui tournent beaucoup le bassin vers l’avant et donc pédalent en position très étendue vers le guidon.

Les selles de forme courte permettent une excellente biomécanique de pédalage et améliorent le confort de ceux qui pédalent dans une position très agressive.

3- PRESENCE ET DIMENSION DU TROU

Le troisième aspect à évaluer concerne la présence du trou et sa taille .

N’oubliez pas que dans certains cas, le trou peut être remplacé par un canal d’échappement central, qui remplit la même fonction.

Ce choix dépend également de la forme de la zone de selle de chaque sujet, mais surtout de la position sur le vélo.

Ceux qui roulent avec une différence de hauteur selle-maunbrio accentuée ont tendance à décharger la majeure partie de leur poids dans la région du plancher pelvien et auront donc davantage besoin du trou pour soulager la pression. Le trou, ou alternativement le canal de décharge central, permet de soulager la pression sur les tissus mous et dans la région du plancher pelvien. Il est particulièrement adapté à ceux qui roulent avec une forte chute (chute selle-guidon). Pour remplir correctement sa fonction, le trou (ou canal d’échappement) doit avoir une taille suffisante et, en particulier, impliquer également la partie la plus avancée de la selle. La présence du trou n’a pas de contre-indications particulières, donc comme forme de prévention, il peut être recommandé à tout le monde, à l’exception de ceux qui souffrent fréquemment de douleurs dans les zones latérales, c’est-à-dire celles du support de l’ischion, car il le ferait augmenter encore la pression dans ces domaines.

CONSEILS UTILES

Nous concluons cet article sur la façon de choisir la selle du vélo de course avec trois conseils basés sur le bon sens et l’expérience , qu’il ne faut jamais négliger:

Une fois que vous avez trouvé la bonne selle, c’est celle qui vous permet de pédaler sans tracas particulier même pendant plusieurs heures, ne faites pas beaucoup d’autres expériences et continuez à l’utiliser même en cas de changement de vélo.

Prenez soin de la position dans la selle , en vous assurant de pédaler avec la bonne hauteur et le bon recul, car les problèmes avec la tige de selle proviennent souvent d’une position incorrecte sur le vélo, ce qui génère des pressions et des déséquilibres.

La selle est un composant délicat, donc si vous devez faire un choix, privilégiez le confort à la légèreté. Vous économiserez quelques grammes sur les autres parties du vélo.