Lorsque les jours raccourcissent et que la température baisse, il est souvent tentant de laisser le vélo dans la cave et de prendre la voiture . Cette situation est très courante, car vous avez peur de tomber malade, des conditions météorologiques prohibitives, de l’obscurité qui arrive tôt et vous finissez par abandonner le vélo en novembre et le reprendre en avril. Voyons donc comment nous équiper pour pouvoir continuer nos activités en selle pendant la période hivernale. L’hiver n’est certainement pas la meilleure saison pour sortir à vélo. Ou pas? Par exemple, je trouve fantastique de faire du VTT en hiver, avec des sentiers glacés, du silence, des champs blancs de gel, le souffle qui gèle, le froid qui pique la peau. Ce sont des sensations vraiment intenses et je ne les manquerais pour aucune raison au monde. Evidemment tout cela n’est possible qu’après s’être équipé pour résister aux basses températures , au vent, à la pluie et à des conditions météorologiques décidément défavorables. Il y a deux principes absolus à respecter pour profiter de l’expérience cycliste en hiver et ils sont les suivants: rester au sec et au chaud. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible de faire face aux conditions météorologiques et de s’amuser en selle. Lorsque la température externe est trop basse, notre cerveau met en place une série de restrictions sur la circulation sanguine pour éviter que les organes internes (cœur, foie, intestins) ne soient endommagés. Fondamentalement, le sang circule dans une moindre mesure aux extrémités de notre corps, afin de maintenir les organes vitaux au chaud et cela se traduit par une perte de sensibilité des mains et des pieds. Pour éviter cette condition, il est donc nécessaire de garder les extrémités de notre corps au chaud, sinon ils deviendront moins sensibles et il sera difficile de les utiliser. Celui qui a subi une gelure sur un vélo vous dit ceci: ses pieds sont devenus blancs, enflés et totalement engourdis.

Pour protéger nos extrémités nous pouvons utiliser des vêtements spécifiques pour l’hiver

  • Chaussures d’hiver : ce sont des chaussures de vélo qui offrent une protection totale contre le vent et l’eau. Ils ont une feuille externe en matière déperlante (généralement du goretex), avec un revêtement spécifique qui en fait une sorte de coque chaude insensible à l’action du vent. La tige interne est au contraire hautement respirante, de sorte que la chaleur générée à l’intérieur est évacuée mais le froid externe ne peut pas entrer. Ceux pour VTT sont généralement très hauts jusqu’à la cheville et protègent le motard même pendant les phases de «portage» (en marchant avec le vélo sur l’épaule);
  • Chaussettes d’hiver : les sous – vêtements d’ hiver sont la solution aux problèmes de circulation dans les extrémités. Les chaussettes spécifiques pour le cyclisme, par exemple, ont une structure unique qui comprime certains points du pied et de l’articulation de la cheville, afin de favoriser la circulation sanguine. Ils sont généralement faits de laine mérinos (qui ne trempe pas dans la sueur et donc ne sent pas) avec des matières synthétiques. Lorsque le froid est vraiment intense, il est bon de s’armer de chaussettes hautes;
  • Gants d’hiver : bien qu’ils puissent paraître maladroits et larges, les gants d’hiver protègent vos doigts du gel. Cet aspect est de première importance car les mains sont utilisées pour actionner les freins et avoir les doigts engourdis n’est pas le meilleur lorsque vous descendez à une vitesse vertigineuse d’une descente en hiver. Tout comme les chaussures, les gants d’hiver ont une doublure intérieure chaude et respirante et une couche extérieure coupe-vent et déperlante. S’il fait vraiment froid, je vous conseille d’utiliser du molleton sous les gants. Une solution optimale est l’hiver neige sport undergloves utilisés par les skieurs. Ils gardent la main au chaud et protègent du froid intense qui parvient à pénétrer la lame externe, sans rendre les mouvements gênants;
  • Bonnet : le front et la tête doivent être protégés par des coiffes, également doublées d’une feuille externe en matériau coupe-vent et d’une couche interne chaude qui recouvre également les oreilles. Évitez les chapeaux d’hiver classiques en laine, en plus d’être encombrants et peu pratiques, ils ne sont pas conçus pour résister au vent et ont la mauvaise habitude de commencer à pincer et à faire rougir la peau. Ils n’évacuent pas non plus la sueur. Les extrémités souffrent beaucoup du froid en raison d’une circulation sanguine réduite mais cela ne signifie pas qu’il faut «oublier» tout le reste . Une question très importante est la protection des articulations (cou, genou, hanche, coude). Je rencontre très souvent des cyclistes qui roulent avec des shorts même en hiver. Si vous souffrez de douleurs articulaires c’est une erreur grossière, car le froid est l’une des causes pouvant provoquer le développement de technopathies telles que des douleurs aux genoux ou des tendinites, puisque l’articulation est continuellement refroidie par l’air et donc les tendons, les muscles et les structures osseuses fonctionnent sans la chaleur adéquate qui lubrifie sa douceur. C’est pourquoi en hiver, il est préférable de porter des vêtements chauds, élastiques et respirants comme une salopette à jambes longues, des sous-vêtements appropriés et une veste coupe-vent avec une excellente respirabilité. Nous avons vu à quel point il est important de rester au chaud pendant nos randonnées hivernales mais il est bon de se rappeler qu’en plus de la chaleur nous avons besoin de rester au sec . Malgré les températures polaires, notre corps, en raison de l’activité physique, augmentera sa température extérieure et produira de la chaleur qui sera évacuée par la sueur. En été, la sueur est rapidement emportée par l’air et le vent, tandis qu’en hiver elle a tendance à imprégner les vêtements au contact de la peau. C’est pourquoi la respirabilité des vêtements d’hiver est aussi importante que leur capacité à résister au froid et à garder le corps au chaud. En fait, l’air froid pourrait s’infiltrer sous les protections et refroidir les zones imbibées de sueur, augmentant ainsi les risques de tomber malade. C’est pourquoi il est essentiel que les vêtements soient respirants et évacuent la transpiration sans y être trempés.

Équiper votre vélo pour faire du vélo en hiver

Après avoir vu comment se protéger du froid et des intempéries, il est temps de faire également attention au véhicule avec lequel nous voyagerons pendant l’hiver . En effet, des choix techniques peuvent être faits pour améliorer les performances et la sécurité, ainsi que pour offrir une protection supplémentaire lors de la sortie. Les choix techniques varient énormément du type de vélo que vous utilisez et de la géométrie du cadre, mais en bref ils peuvent être résumés dans ce vademecum:

  • Utilisez des pneus d’hiver : les pneus d’ hiver offrent une adhérence sur les terrains hivernaux glissants et humides sans augmenter la résistance au roulement. Si vous sortez sur un vélo de course, il peut être très avantageux de passer à des pneus de 28 mm, pour élargir le contact avec le sol et donc l’adhérence. Evidemment vous devrez vérifier que la lumière dans le cadre est adéquate pour accueillir cette dimension;
  • Montez les garde-boue : les garde-boue vous permettent de bloquer l’eau et la saleté du sol pour éviter qu’elles ne tombent sur le dos. Habituellement, ils sont proposés dans une version pour vélos de ville mais ces derniers temps, de nombreuses entreprises ont présenté des garde-boue amovibles qui peuvent également trouver de la place sur des cadres très «étroits» comme ceux de course. Si vous faites du VTT, vous devez monter le bashguard;
  • Protéger le cadre : protéger le cadre de l’action de l’eau et de la boue est une excellente solution pour prolonger la durée de vie utile de la peinture et des composants. Pour ce faire, vaporisez simplement un voile de vernis ou de vernis spécial sur le vélo propre. Ce sont des produits à base de silicone, donc le spray de silicone est également très bien. Saupoudrez-en une fine couche puis étalez-la avec un chiffon propre. De cette façon, le cadre sera protégé par une patine de silicone qui empêchera l’eau et la boue d’agir, tout en facilitant et en accélérant les lavages ultérieurs. Si vous souhaitez une protection supplémentaire, vous pouvez appliquer les bandes adhésives amovibles pour protéger les zones les plus exposées. Ce sont des formes en plastique adhésives qui sont appliquées sur le cadre et empêchent la saleté, l’eau ou même le sel dispersé sur le sol en hiver de corroder la surface. Utilisez des lumières : photographier en hiver signifie courir dans des jours gris, brumeux ou soudainement pluvieux. Pour cela, il est essentiel d’avoir des lumières avec vous pour être visible et vous déplacer en toute sécurité;

Surmonter la peur de tomber malade

L’une des questions qui me sont posées est « comment ne pas tomber malade dans ce rhume? » , comme si faire du vélo en hiver était synonyme de rhume ou de grippe. D’autre part, il a été prouvé scientifiquement que l’utilisation régulière du vélo en hiver déclenche des transformations de notre système immunitaire, qui s’améliore et se renforce. En gros, pédaler dans le froid «durcit» le corps et le rend plus résistant aux infections. Cela est dû à l’extraordinaire adaptabilité de notre organisme, qui est conçu pour survivre et se modifie donc pour faire face aux différents stress auxquels il est soumis. Des tests scientifiques réalisés sur des échantillons de cyclistes et de sédentaires ont montré qu’il est plus facile de tomber malade si l’on passe plus de temps dans des environnements à forte chaleur (à des températures supérieures à 20 ° C) plutôt que de pédaler une heure par jour à des températures proches de zéro. Cela est dû aux stress qui obligent notre corps à se défendre et donc à améliorer le système immunitaire et qui, en revanche, ne s’activent pas lorsque vous passez du temps dans des environnements trop chauds sans faire d’exercice. En substance, le dicton sicilien selon lequel « le bien-être fait un homme vil » a raison. Evidemment ces considérations ne s’appliquent pas en cas de comportement incorrect comme l’utilisation de vêtements inadaptés, ne pas se protéger adéquatement et surtout ne pas se mettre à l’abri à la fin de la sortie. En fait, après une longue randonnée, notre corps est fatigué et affaibli. Cette condition l’obligera, dans les heures qui suivent, à travailler pour restaurer la réponse immunitaire à un niveau adéquat, apportant tous les bénéfices décrits dans le paragraphe précédent. Par conséquent, il vaut mieux, au retour après une balade, de ne pas s’attarder à l’extérieur et de reporter le lavage du vélo ou les étirements à la fin de l’entraînement. Il est toujours préférable de se mettre à l’abri dans un environnement chaud et de prendre une douche immédiatement, ce qui aide à régénérer le corps. Ensuite, vous pouvez faire une séance d’étirement et lorsque vous vous sentez plus énergique, pensez au vélo. Cela évite de nous exposer aux éléments dans la phase la plus critique, c’est-à-dire lorsque notre réponse immunitaire est très faible et qu’il est plus facile de contracter des infections des voies respiratoires et de souffrir de syndromes du rhume.

Comme faire du vélo en hiver ?

«Vouloir c’est pouvoir» et cette phrase est particulièrement vraie en hiver, lorsque la paresse prend le dessus . Il n’y a pas de saison meilleure ou pire pour utiliser le vélo, car chaque jour apporte des aspects uniques qui doivent être pleinement vécus. L’important est d’être prêt à affronter ce qui nous attend, en laissant l’improvisation à la maison . Ce faisant, vous pouvez profiter des magnifiques levers de soleil d’hiver, lorsque le ciel devient violet et que l’air devient froid et pur. Ce sont des choses qui ne peuvent être appréciées qu’à vélo et pour lesquelles cela vaut vraiment la peine d’être dans le monde.