Le rôle de l’e-bike dans la promotion efficace de la santé et de la forme physique est comparable à celui de la bicyclette classique. C’est ce que rapportent des scientifiques de l’Université de Bâle, dans le Journal clinique de médecine du sport. Les personnes en surpoids et les personnes non entraînées ont tout à gagner à utiliser un vélo électrique.

Le point de départ de l’étude pilote était la campagne  » Aller au travail à vélo « , qui se déroule, depuis dix ans dans toute la Suisse et qui invite les pendulaires à passer au vélo ou à l’e-bike, pendant un mois chaque année. Près de 65 000 cyclistes ont participé cette année.

Un groupe de recherche du département du sport, de l’exercice et de la santé de l’université de Bâle a étudié l’importance de la contrainte physique que représente l’utilisation d’un vélo électrique par rapport à un vélo classique. Ils arrivent à la conclusion que l’entraînement avec un vélo électrique n’est en aucun cas moins efficace, mais présente des avantages comparables pour la santé et la forme physique. En outre, les scientifiques affirment qu’une amélioration des performances d’endurance peut être, déjà, obtenue dans la période relativement courte de quatre semaines.

L’absorption d’oxygène comme critère d’endurance

Environ 30 participants classés comme étant en surpoids (indice de masse corporelle de 28-29) et non entraînés ont été recrutés pour mener l’étude pilote. Avant l’intervention, les sujets ont subi un examen approfondi. La capacité d’absorption d’oxygène (VO2) a été utilisée comme critère définitif d’évaluation de l’endurance. Le VO2 mesure la capacité du corps à absorber et à utiliser l’oxygène.

Les participants ont, ensuite, parcouru une distance d’au moins 6 kilomètres à vélo au moins trois jours, par semaine. Pendant que la moitié d’entre eux faisaient du vélo, l’autre moitié s’entraînait avec un e-bike. Il n’y avait aucune spécification concernant la vitesse et l’intensité de l’entraînement. Certains des cobayes étaient équipés d’un moniteur de fréquence cardiaque et d’un dispositif GPS.

Au bout d’un mois, les participants ont été à nouveau examinés et il s’est avéré que les deux groupes avaient évolué de manière comparable dans leur forme physique, mesurée par leur capacité d’absorption d’oxygène. Si l’amélioration est maintenue à long terme, le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire est réduit dans une mesure cliniquement pertinente. En outre, le cœur a travaillé de manière plus économique, après la formation de quatre semaines.

Le potentiel de prévention des vélos électriques

En outre, l’étude montre que les participants du groupe « e-bike » roulaient en moyenne à des vitesses plus élevées et parcouraient, également, plus de mètres en altitude. « Cela donne une indication que le vélo électrique peut augmenter la motivation et aider les personnes en surpoids ainsi que les personnes âgées qui, autrement, auraient du mal à se maintenir en forme », a déclaré le responsable de l’étude, Arno Schmidt-Trucksäss, professeur de médecine sportive à l’Université de Bâle. « Ceux qui font régulièrement de l’exercice avec un e-bike en tirent un bénéfice permanent, non seulement en termes de forme physique, mais aussi en ce qui concerne d’autres facteurs tels que la pression artérielle, le métabolisme des graisses et le psychisme. » Dans l’ensemble, l’étude fournit une indication importante du potentiel de prévention des vélos électriques.

Pourquoi le biking est-il bon pour la santé ?

Le biking, est une activité de cardio-training qui se pratique en salle et en musique, sur des vélos fixes. En quelques années, c’est devenu l’une des activités les plus en vogue des clubs de fitness ; car il allie la convivialité ; ce sont des cours collectifs animés par des coachs ; et une redoutable efficacité physique, car les vélos ont une courroie à résistance qui permet de doser son effort ! Quels sont, donc, les autres bienfaits du vélo fixe pratiqué en cadence sur la musique ? En selle pour les explications !

Un sport pour tous

C’est tout d’abord, incontestablement, une activité ouverte à tous, aux jeunes comme aux séniors car, même si sa pratique demande un véritable effort physique, c’est tout de même une activité douce, sans aucun choc. C’est même un sport que vous pouvez pratiquer si vous avez mal au genou et ce à l’inverse du footing qui est, lui, très traumatisant pour les articulations et le dos.

Une façon efficace de brûler ses calories

Comme le vélo traditionnel, le vélo en salle et en musique est évidemment parfait pour brûler rapidement les graisses. Il est, généralement, admis qu’une séance de 40 minutes vous fera perdre entre 300 et 600 calories. Imaginez, donc, que vous fassiez 3 séances de biking par semaine, eh bien, vous pourriez perdre jusqu’à 500 grammes de graisse par mois !

Des cuisses et des fesses en béton

C’est une activité physique qui permet, aussi, de modeler sa silhouette, un travail essentiellement sur le bas du corps. Évidemment, on pense aux cuisses, aux mollets et aux fessiers, mais pas seulement, les bras et les abdominaux sont, aussi, tonifiés par cette pratique.

Ton cœur, tu muscleras

Le biking est l’activité de cardio-training par excellence car cet exercice d’aérobie permet d’améliorer la résistance de son système cardiaque. Il est, donc, très efficace pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Rien de mieux, également, pour augmenter sa capacité respiratoire. Pas de doute, après seulement quelques séances, votre cœur sera plus robuste et vos muscles mieux aguerrit à la pratique sportive !

Ta motivation, tu forgeras

Il faut le savoir, le vélo indoor est, aussi, un sport qui requiert une grande concentration. C’est donc, une activité parfaite pour tous ceux qui aiment relever les défis, aussi bien, mentaux que physiques, mais aussi se challenger. C’est enfin une véritable école de l’autodiscipline et cela vous servira dans tous les domaines de votre vie quotidienne !

Du vélo en toutes saisons

Trop froid, il pleut trop pour faire du sport ? Eh bien, avec le biking, vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas vous entrainer, quel que soit le temps puisqu’il se pratique en salle. Il faut dire que cette activité a justement été créée, au début des années 1990, par un cycliste professionnel américain, Jonathan Goldberg, pour pouvoir s’entrainer en hiver ! Et comme vos dépenses énergétiques sont, traditionnellement, réduites au cours de cette période de l’année, ce sport indoor ne peut que vous être bénéfique.

Comment bien pratiquer le biking ?

Avant de se lancer, quelques précisons :

Premièrement, restez motivé car les premiers kilomètres peuvent être très éprouvants. Mais, rassurez-vous, vous trouverez vos marques dès la troisième ou la quatrième séance. Et attention, pour être efficace, une séance doit au moins durer 30 minutes.

Installez-vous confortablement sur votre vélo, trouvez la bonne position, n’oubliez pas que vous devez pouvoir tendre entièrement la jambe !

Buvez beaucoup d’eau, une eau ni trop chaude, ni trop fraiche : autour de 15°, c’est parfait ! Vous devez boire pendant, mais aussi après l’effort car la réhydratation prend beaucoup de temps. Dans l’heure qui suit, autorisez-vous-même une boisson sucrée car ces glucides ne se transformeront en graisses.

Enfin, il est bien d’espacer les séances d’au moins une journée afin que vos muscles aient le temps de récupérer. 2 jours, c’est encore mieux !

Il faut, aussi, surveiller son rythme cardiaque

Le biking étant un effort relativement conséquent, il est aussi important de déterminer et de surveiller sa fréquence cardiaque maximale. Comment l’obtenir ? En soustrayant tout simplement son âge à 220.

Quelles différences entre le vélo d’appartement et le vélo de biking ?

La route d’inertie

À la différence du vélo d’appartement, le vélo de biking est pourvu d’une roue d’inertie et d’un pignon fixe.

Une roue d’inertie est très lourde et difficile à mettre en mouvement, et donc difficile à stopper lorsqu’elle fonctionne. “ Avec le pignon fixe, le pédalier et la roue marchent ensemble. Le pédalier étant, donc, entraîné par la roue d’inertie, il ne vous suffit pas d’arrêter de pédaler pour stopper le mouvement du pédalier. Il vous faut maîtriser la roue d’inertie afin de la freiner progressivement, avec la force de vos jambes sur le pédalier ”.

Les pédales

Concernant les pédales du vélo de biking, elles sont un peu spéciales puisque vos chaussures de cyclisme viennent directement s’y insérer, au moyen des cales dont elles sont pourvues. Cela vous assure une accroche optimale (pour une poussée phénoménale) lors du pédalage.

Sur un vélo d’appartement, il n’y a pas forcément de cale-pieds et vous êtes, donc, limité en terme d’intensité et de cadence de pédalage car votre pied n’ayant pas d’accroche (quand il n’y a pas de cale-pieds), il est possible qu’il dérape. Mais de toute façon, le vélo d’appartement n’est pas fait pour ce genre d’exercice !

Le réglage

Le réglage est plus facile sur un vélo d’appartement car vous êtes simplement assise. Tandis que sur un vélo de biking, vous variez les positions qui doivent être confortables, même lorsque vous vous mettez en danseuse (comprenez, debout sur les pédales, tout comme les cyclistes que vous apercevez à la télé lorsqu’ils gravissent un col).