En attendant l’ouverture de la saison estivale, dédiée au VTT, nous souhaitons vous proposer comment vous préparer athlétiquement à cette activité. En fait, l’entraînement sportif est très important pour le VTT, non seulement pour ceux qui le pratiquent de manière compétitive, mais aussi pour ceux qui le considèrent comme un simple passe-temps.

Fonctionnalités utiles pour le VTT

Tout d’abord, pour le VTT, il est utile d’avoir une bonne force et une bonne endurance . Ce seront deux caractéristiques fondamentales si vous voulez éviter de vous retrouver en difficulté au milieu d’un itinéraire. De plus, vous devez également développer la vitesse, la mobilité ou la flexibilité, la dextérité et l’équilibre. Certains sont de véritables capacités, tandis que d’autres sont des caractéristiques athlétiques. Mais il n’y a rien qui ne puisse être amélioré avec un peu de formation.

Endurance et force

Il sera essentiel de lutter contre la fatigue et de maintenir l’intensité de l’effort malgré la fatigue. La résistance est déterminée par le système cardiovasculaire, le métabolisme, le système nerveux et la coordination de tous les organes et systèmes. Pour développer une endurance durable, essayez de parcourir une distance de plus de 8 minutes, sans perte de vitesse importante. Cet exercice demande un effort de tous les systèmes de l’organisme, mais le décisif est la capacité aérobie. Une autre résistance que vous devrez développer est celle de la force, qui vous aidera à résister aux montées raides. En VTT non compétitif, il faut avant tout une bonne endurance longue durée, car la course dure toujours bien plus de huit minutes, et de la force, du fait des montées. L’entraînement de tout aspect de la force, pure ou maximale, rapide ou résistance, doit toujours être orienté vers les besoins qui respectent l’alternance rythmique entre tension et relaxation typique des mouvements cycliques. Il est clair que le renforcement des membres inférieurs, y compris les fesses, n’est pas négligeable. Mais le motard doit aussi entraîner les muscles stabilisateurs du tronc, du dos, des épaules, des pectoraux, des bras, avec une référence particulière aux mains et aux avant-bras, en évitant cependant une croissance excessive de la masse musculaire qui se transformerait en poids supplémentaire. .à porter.

Les formations

Choisissez des itinéraires qui ne sont pas trop techniques et avec des caractéristiques différentes, à partir d’une durée de trente minutes jusqu’à un maximum de deux heures. Essayez d’être cohérent et ne laissez pas trop de temps s’écouler entre un entraînement et un autre . En ce qui concerne la fréquence de pédalage, il est bon de commencer avec un rapport agile et de garder la fréquence autour de 80 pédales par minute. Pensez également à augmenter la difficulté de l’entraînement , à mesure que votre condition physique s’améliore. Faites toujours attention à la respiration et à la fréquence cardiaque. Il existe différents types d’entraînements avec lesquels vous pouvez vous essayer. Fartlek, par exemple, est une méthode basée principalement sur l’instinct, sans programme établi. Vous devrez affronter un parcours à vitesse variable en fonction de vos conditions et des sensations ressenties de temps en temps. Ensuite, il y a un entraînement, dit “rapide court”, qui n’est utilisé que lorsque vous avez un bon entraînement de base. Vous devrez pédaler à une vitesse soutenue et à un rythme régulier. Dans l’ entraînement par intervalles, vous pouvez renforcer votre cœur, en alternant 15 à 20 secondes parcourues à votre vitesse maximale, avec 50 à 60 secondes parcourues plus lentement pour permettre au rythme cardiaque de revenir à un nombre inférieur de battements par minute, 4 ou 8 fois plus bas.