Vous oubliez, toujours, où vous avez mis votre clé ? Ou bien vous rencontrez, souvent, dans la rue quelqu’un qui vous accueille joyeusement, et vous ne vous souvenez plus de son nom ? C’est tout à fait normal, surtout à partir de 40 ans. La bonne nouvelle, c’est que notre mémoire peut être entraînée par diverses méthodes jusqu’à ce que nous soyons très vieux. Le professeur Christoph Bamberger du Centre de prévention médicale de Hambourg révèle les meilleurs tueurs d’oublis.

Conseil n°1 : pas de multitâche

La tâche unique, et non la multi-tâche comme beaucoup pourraient le penser, entraîne la mémoire. Rien n’aboutit dans la mémoire à long terme si nous sommes distraits par de nombreuses choses en parallèle. Le cerveau ne peut pas décider ce qu’il doit stocker. Mieux on se concentre sur une chose, plus vite on s’en, souvient. Ne laissez, donc, pas la télévision allumée tout le temps, n’écoutez pas de musique à côté ou ne consultez pas vos e-mails toutes les trois minutes.

Conseil n° 2 : emprunter de nouvelles voies

Une étude menée auprès de chauffeurs de taxi londoniens a montré que certaines structures cérébrales différaient de celles des chauffeurs de bus : ce sont les “hippocampes”. Ces structures cérébrales sont, particulièrement, importantes pour la mémoire à long terme. Chez les chauffeurs de taxi, ces zones du cerveau sont plus étendues, apparemment parce qu’ils doivent constamment mémoriser de nouveaux trajets. Pourquoi ne pas essayer un nouvel itinéraire de jogging ou une nouvelle façon de travailler ?

Conseil n°3 : rester cool, c’est perdre la mémoire

Nous nous souvenons des choses, particulièrement, facilement lorsqu’elles sont liées à des émotions. Les expériences qui nous font rire ou pleurer sont plus susceptibles de se graver dans notre mémoire que les événements neutres. N’essayez, donc, pas de réprimer vos sentiments, mais laissez-les s’exprimer librement.

Conseil n°4 : regrouper les informations

Les scientifiques ont découvert que les humains peuvent se souvenir d’un maximum de sept unités. Par exemple, une séquence de sept chiffres ou lettres ou une liste de courses de sept articles. Transformez des rangées de lettres en mots, des chiffres en une histoire et divisez votre liste de courses en objets dont vous avez besoin pour le petit déjeuner, le dîner ou la salle de bain.

Conseil n°5 : se casser la tête

Lorsqu’on le lui demande lors d’un dîner ce soir : quel est le nom de notre pape actuel ? Ils cherchent tous la réponse sur leur smartphone. Mais si nous regardons, toujours, tout en ligne sans réfléchir au préalable, nos cellules grises deviennent paresseuses. Résistez à l’impulsion de sortir votre téléphone de temps en temps.

Conseil n°6 : lire activement

Celui qui lit stimule son cerveau. Ne vous laissez pas seulement emporter par l’histoire, mais participez activement à celle-ci. La formation peut être renforcée en essayant de se souvenir de certaines choses : quels sont les noms des personnages principaux ? Qui est l’auteur ? A-t-on lu d’autres livres de cet auteur ? Les mêmes œuvres pour les films ou les pièces de théâtre, bien sûr.

Conseil n°7 : le rire fait grandir le cerveau

Ce n’est pas si facile de faire rire quelqu’un. Mais si vous pouvez le faire, vous avez, déjà, accompli beaucoup de choses. Des chercheurs en neurosciences ont montré que le rire nous met de bonne humeur, mais qu’il a, aussi, un effet positif sur notre mémoire, de nouvelles connexions nerveuses se forment. Entourez-vous de personnes avec qui vous pouvez rire, vous amuser avec vos amis ou votre partenaire ou regarder un spectacle de comédie.

Conseil n°8 : changer de langue

Lorsque nous nous rappelons du vocabulaire et des expressions idiomatiques dans une autre langue, notre appareil de mémorisation fonctionne à plein régime. Vous n’avez même pas besoin de suivre un cours de langue pour cela, vous pouvez facilement l’intégrer dans votre vie quotidienne. Convenez avec votre partenaire ou un ami que vous communiquerez dans une autre langue, pendant une heure. “Mauvais anglais” convient parfaitement à cet exercice. Vous aurez probablement de quoi rire et en profiterez deux fois (voir conseil 7).

Conseil n°9 : changez votre vie quotidienne

Vous souvenez-vous de ce que vous faisiez en avril, il y a quatre ans ? Probablement pas. Parce que la même chose se produit tous les jours, oublions cela. Pensez à des alternatives aux comportements habituels : va-t-on sur la scène du crime ce soir ou au cinéma pour changer ? Est-ce qu’on mange, encore, du pain ou peut-être des céréales aujourd’hui ? Découpez-le en dés : un nombre pair indique l’habituel, un nombre impair une alternative. Les dés mettent en jeu des tensions (émotions) (voir conseil 3).

Conseil 10 : le sport relie les cellules nerveuses

Le cerveau adulte est lui aussi en constante évolution : les cellules nerveuses, ou plus précisément leurs soi-disant synapses, se reconnectent constamment. L’effort physique peut favoriser cette évolution. L’entraînement d’endurance, comme le cyclisme ou le jogging, ainsi que la musculation, sont bons pour le cerveau. Cependant, les sports de coordination sont les plus efficaces. Que diriez-vous d’un cours de danse ?

Conseil n°11 : éviter le stress chronique

Un peu de stress nous fait mieux mémoriser les choses. Plus tard, nous ne nous souviendrons plus de la journée de vacances tranquille, ni du jour où notre portefeuille a été volé. Mais si nous sommes stressés pendant des mois, voire des années, plus de cortisol est libéré au lieu de l’adrénaline qui monte. Et cette hormone du stress est problématique pour la mémoire à long terme. Il fait rétrécir les hippocampes responsables de la mémoire.