Vous aimeriez trouver une alternative crédible pour éviter d’utiliser trop souvent votre voiture ? Vous avez envie de faire davantage de sport ? Et si le vélo électrique était la solution idéale et unique pour résoudre ces deux problématiques ? Si vous connaissez mal ce type de matériel, prenez le temps de vous plonger dans le texte ci-dessous. Vous accéderez à de nombreuses informations qui pourront vous franchir le pas !

1. Qu’est-ce qu’un vélo électrique ?

Inutile de vous faire des nœuds au cerveau pour définir ce terme ! Il s’agit tout simplement d’un vélo conventionnel sur lequel on a installé une batterie et un moteur. Ce dernier a pour principal objectif de faciliter le pédalage. Il sera alors plus facile de rouler vite et longtemps, même en côte ou avec le vent de face. La position du moteur varie en fonction des modèles. Il se situe généralement dans le moyeu de la roue (à l’avant ou à l’arrière) ou dans la manivelle des pédales. La batterie de vélo électrique reste sans le moindre doute la pièce la plus importante. Lors de l’achat, il est donc important de s’intéresser de très près à cet élément. Vous devrez essentiellement vous concentrer sur le type de batterie (batterie lithium ou autre) et sur la capacité de la batterie. Attention également aux caractéristiques techniques comme le voltage ou l’ampérage.

La batterie trouve sa place dans le porte-bagages arrière ou encore à l’intérieur du tube diagonal du cadre. Enfin, veuillez noter que de plus en plus de professionnels proposent un service de réparation de batteries. En optant pour cette solution, vous parviendrez à maximiser la durée de vie de votre vélo électrique. Il semble évident qu’une bicyclette électrique pèsera plus lourd qu’un vélo plus classique. Pour votre sécurité et celle des autres usagers de la route, vous devrez donc apprendre à le maîtriser parfaitement avant de vous lancer sur les routes. Vous avez besoin d’encore plus de souplesse au quotidien ? Faites le choix d’un vélo électrique pliable !

2. Quelle est son autonomie ?

Dans l’absolu, il est particulièrement difficile de répondre précisément à cette interrogation. Tout dépend en effet de la qualité de la batterie. Certaines marques vous permettront de parcourir des distances importantes (supérieures à une centaine de kilomètres) avant de les recharger. N’oubliez pas non plus qu’il s’agit d’une technologie relativement nouvelle. Il est donc fort probable que des évolutions arrivent dans les années à venir. Pour le moment, les modèles actuellement proposés sur le marché permettent de couvrir une distance se situant aux alentours d’une cinquantaine de kilomètres. Cette capacité correspond à la majorité des usages journaliers des clients.

3. Comment se rechargent les batteries ?

La plupart des modèles de batteries se rechargent à partir du réseau électrique domestique. Il vous suffit alors d’ôter la batterie de son support et de vous servir de son port de rechargement. Celui-ci est souvent protégé contre les poussières et l’humidité par un bouchon. N’oubliez pas de l’enlever ! Encore une fois, il sera difficile de donner un temps de rechargement précis. Celui-ci varie en fonction des modèles ou de la capacité de la batterie. La plupart des fabricants recommandent de patienter entre quatre et six heures pour procéder à son rechargement complet. Ce temps pourra s’allonger pour les batteries les plus anciennes.

4. Faut-il un entretien spécifique ?

Votre engouement et intérêt pour la bicyclette électrique ne doivent pas être freinés par la peur d’un entretien spécifique. Il n’y aura pas la moindre différence avec celui nécessaire au bon fonctionnement d’un vélo classique. Vous devrez donc graisser la chaîne de temps à autre, vérifier l’état des câbles ou encore mettre du lubrifiants afin d’optimiser le fonctionnement des rouages. Si vous avez besoin d’une intervention mécanique, adressez-vous à votre garagiste. Celui-ci dispose en effet de tout le savoir-faire nécessaire pour ce travail. Avouez que vous n’auriez jamais pensé à cette solution, n’est-ce pas ?

5. Quelle est la législation en vigueur ?

Il n’y a pas de législation spécifique s’appliquant actuellement et spécifiquement aux vélos électriques. Certains pays européens (dont la Suisse) ont toutefois introduit la notion de “classe” afin de différencier les différents modèles en fonction de leurs performances. Les vélos appartenant aux “classes” inférieures vont alors être autorisés à circuler sur les pistes cyclables. Les autres ne pourront pas les emprunter et devront rouler sur la chaussée, en compagnies des autres véhicules. En France, pour le moment, cette différenciation n’existe pas et tous les possesseurs de vélos électriques sont autorisés (et même encouragés) à utiliser les pistes cyclables.